Loading...
© Oliver Raatz
Se régaler
20 mètres entre le potager et la casserole

20 mètres entre le potager et la casserole

Dans le village tranquille d'Otzenhausen, à la limite du parc national Hunsrück-Hochwald, Anja Faust-Spanier et sa famille possèdent un gîte rural idyllique composé de chambres d'hôtes et d’un restaurant. Dans l'ancienne pépinière poussent aujourd'hui, en plus des fleurs, de nombreuses variétés de fruits, de baies et de légumes, dont Anja se sert pour concocter des plats savoureux, toujours de saison et préparés avec amour.

Spanier 10
© Gregor Lengler

Dans l'air flottent des senteurs de thym, de menthe, de sauge et de mélisse. Les abeilles bourdonnent autour des fleurs violettes des lavandes, les bourdons survolent les framboisiers et les groseilliers. Sous le toit de la serre, des tomates de tailles variées prennent une teinte rouge qui s’intensifie avec chaque jour de soleil, et les navets blancs sortent lentement du sol. Un coq chante non loin de là. Le jardin de la famille Faust-Spanier représente une véritable idylle pour les amoureux de la nature et les gourmets ; une oasis de verdure à proximité de Nonnweiler, aux portes du parc national Hünsrück-Hochwald.   

Spanier 11
© Gregor Lengler

« Nous cultivons nous-mêmes presque tous les produits dont nous nous servons pour notre restaurant et pour nos besoins personnels », explique Anja, qui se promène dans son jardin équipée d'un bol et d'un petit couteau. Anja achète uniquement de la viande et quelques produits laitiers auprès de producteurs régionaux. D'innombrables variétés de fruits et légumes poussent sur 800 mètres carrés derrière sa maison : tomates, pommes de terre, poires, pommes, mûres, carottes et herbes aromatiques. « Le jardin nous fournit à manger douze mois par an », explique fièrement la fleuriste de formation. Arrivée aux buissons de baies, elle cueille les fruits mûrs un à un et les dépose délicatement dans son bol. Des groseilles à maquereau rouges à côté de cassis, avec des framboises au-dessus. « N’est-ce pas magnifique ? » demande-t-elle à son mari Stefan, qui vient de sortir du poulailler. « Bien sûr », répond-il en souriant. « Mais les œufs se font attendre, les poules n’ont pas encore fini. »

La cuisine est le domaine d'Anja

Spanier3
© Gregor Lengler

Jusqu'à il y a dix ans, le couple dirigeait une pépinière de fleurs et de plantes ornementales, dans la famille depuis trois générations, ici à Otzenhausen, puis ils ont décidé de vivre leur style de vie à plein temps et ont orienté l'entreprise vers la culture de fruits et légumes. « Nous avons toujours mangé avec plaisir et en choisissant soigneusement nos produits, et nous avons commencé à cultiver des légumes très tôt, mais au début uniquement en parallèle de notre activité », nous dit Anja. « Puis nous avons ouvert un petit café qui est devenu un restaurant. »

Jusqu'à il y a dix ans, le couple dirigeait une pépinière de fleurs et de plantes ornementales, dans la famille depuis trois générations, ici à Otzenhausen, puis ils ont décidé de vivre leur style de vie à plein temps et ont orienté l'entreprise vers la culture de fruits et légumes. « Nous avons toujours mangé avec plaisir et en choisissant soigneusement nos produits, et nous avons commencé à cultiver des légumes très tôt, mais au début uniquement en parallèle de notre activité », nous dit Anja. « Puis nous avons ouvert un petit café qui est devenu un restaurant. »

Spanier4
© Gregor Lengler

Jusqu'à il y a dix ans, le couple dirigeait une pépinière de fleurs et de plantes ornementales, dans la famille depuis trois générations, ici à Otzenhausen, puis ils ont décidé de vivre leur style de vie à plein temps et ont orienté l'entreprise vers la culture de fruits et légumes. « Nous avons toujours mangé avec plaisir et en choisissant soigneusement nos produits, et nous avons commencé à cultiver des légumes très tôt, mais au début uniquement en parallèle de notre activité », nous dit Anja. « Puis nous avons ouvert un petit café qui est devenu un restaurant. »

Le gîte rural des Spanier accueille également de nombreux animaux

Spanier5
© Gregor Lengler

Anja aime combiner les légumes marinés avec des produits frais du jardin. Par exemple, dans une quiche. « J'ai une bonne dose de sang méditerranéen qui coule dans mes veines, » dit-elle en riant, « alors je prépare souvent des plats issus de la cuisine française. » Pour la quiche, elle a besoin de crème, de fromage frais, de thym, de romarin et d'œufs. Elle envoie à nouveau Stefan chercher des œufs au poulailler – «  Voyons voir si ces dames ont terminé », dit-il, « ici, tout prend du temps ». Et en effet, il y a sept œufs dans les nids : « Ils vont directement dans la quiche. Impossible de faire plus frais ». Pendant ce temps, Anja fait frire des oignons dans du beurre, et l'odeur emplit immédiatement toute la cuisine. Elle y ajoute de jeunes pois avec des cosses, des navets blancs et des groseilles à maquereau. « Oui, exactement. J'aime aussi les utiliser comme légumes. Elles donnent une touche de fraîcheur aigre-douce aux plats ». Les légumes et le mélange crème-fromage-œufs sont versés sur une pâte brisée dans un plat à quiche et mis au four. Il n’y a plus qu’à s’armer de patience.

À la question de savoir combien de temps elle passe chaque semaine dans sa cuisine et dans son jardin, elle répond « Oh, probablement environ 120 heures, mais ce que nous faisons ici, ce n'est pas du travail, c'est une vocation. C'est notre passion ». Cette même passion se lit dans les yeux de sa fille Johanna, qui aimerait reprendre l'entreprise un jour. Sur son balcon au deuxième étage de la maison, elle s'occupe des poussins fraîchement éclos. Jaune et pelucheux, ils se blottissent dans un coin de leur poulailler, surveillés de près par la poule, et par Johanna.

Esplanade7
© Gregor Lengler

À la question de savoir combien de temps elle passe chaque semaine dans sa cuisine et dans son jardin, elle répond « Oh, probablement environ 120 heures, mais ce que nous faisons ici, ce n'est pas du travail, c'est une vocation. C'est notre passion ». Cette même passion se lit dans les yeux de sa fille Johanna, qui aimerait reprendre l'entreprise un jour. Sur son balcon au deuxième étage de la maison, elle s'occupe des poussins fraîchement éclos. Jaune et pelucheux, ils se blottissent dans un coin de leur poulailler, surveillés de près par la poule, et par Johanna.

La quiche a besoin d'exactement une heure au four, jusqu’à ce que sa surface soit légèrement brunie et la pâte croustillante. Anja dispose soigneusement trois assiettes, avec un peu de laitue, quelques tomates saumurées aigres-douces, des fleurs de capucine et un peu de crème balsamique maison. La famille s'assoit ensemble sous un pommier, profitant de la douce soirée d'été et de la quiche. L’air sent bon le thym et la sauge. Les abeilles bourdonnent parmi les fleurs de lavande et le coq chante dans le poulailler comme pour leur souhaiter un bon appétit. Une oasis de verdure à la périphérie d'Otzenhausen.

Spanier 12
© Gregor Lengler

Photos: Gregor Lengler

 

Retrouvez-nous sur