Loading...
© Oliver Raatz
Rencontres
Je suis là - le Patrimoine Culturel Mondial de l'UNESCO Völklinger Hütte

Je suis là - le Patrimoine Culturel Mondial de l'UNESCO Völklinger Hütte

Des œuvres d'art et des dessins hauts en couleurs se dévoilent entre d'énormes tours et des poutres d'acier rouillées. L'ancienne usine sidérurgique de Völklingen est classée au patrimoine culturel mondial et constitue un espace accueillant des artistes et des événements du monde entier.

vk hütte 1
© Udo Bernhart

La tête d'un homme dérive paresseusement au fond d’un sombre fossé ; dans la parcelle de forêt voisine, un chat sauvage se presse contre un mur, peut-être pour se cacher du regard perçant de ce singe géant qui garde l'entrée du paradis ? À 50 mètres à peine et pourtant venu d’un autre monde, un Indien bleu d'Amazonie se tient sous un pont d'acier. Les mots « Compro Árvores », en portugais « J'achète des arbres », sont inscrits sur le panneau jaune qu’il porte autour du cou. Sur la structure du pont, juste au-dessus de lui, s'étendent des systèmes solaires, des tunnels sinueux et des formes bioniques, tout un univers dessiné à la craie.

GROB_2658_www
© Udo Bernhart

Il y a tant à découvrir sur le site du patrimoine culturel mondial Völklinger Hütte. Fondée en Sarre en 1873, l'usine sidérurgique a fonctionné pendant plus de 100 ans, et à son apogée,  plus de 17 000 personnes y étaient employées. Toutes les deux heures, 130 tonnes de fonte brute sortaient des hauts-fourneaux, sept jours sur sept. La dernière fournée en est sortie en 1986, et huit ans plus tard, c’est devenu le premier monument industriel de l'apogée de l'industrialisation classé au patrimoine culturel mondial de l'UNESCO. « Depuis lors, l'usine sidérurgique de Völklingen s’est transformée en un site culturel », déclare fièrement Frank Krämer, directeur d'exposition de la Völklinger Hütte. Il travaille sur le site du monument industriel depuis 20 ans, le regardant grandir et contribuant à le façonner.

GROB_2693_www
© Udo Bernhart

Là où, 40 ans plus tôt l'air ondoyait de la chaleur dégagée par les machines, des concerts de musique classique et des festivals d'électro, des expositions culturelles et artistiques sont organisés et des artistes urbains du monde entier sont invités à s'exprimer. « L'art urbain défie la perception », poursuit M. Krämer, « tous les visiteurs ne voient pas les mêmes œuvres d'art sur le circuit long de sept kilomètres. Il faut en chercher certaines, d'autres sont minuscules. Tout cela s'accorde ici merveilleusement bien avec le gigantesque, le monstrueux ».

Un lieu de mémoire

vk hütte 3
© Udo Bernhart

L'ancienne salle de frittage porte encore l’odeur d’huile rance et de suie. L'air y est encore lourd, surtout en été. Il est difficile d'imaginer ce que c’était lorsque le martèlement des machines, la poussière et la fumée faisaient rage ici-même. Lorsque la suie et la chaux se déposaient gris-noir sur la peau des ouvriers et que la sueur dessinait des sillons sur le paysage de leur peau. Il fait sombre ici. Dans la machine, où le frittage à 1 200 degrés Celsius illuminait tous ses alentours, des lampes rouges éclairent à présent les lieux. Dans le couloir, à quelques mètres de là, on découvre un arrêt de bus. C'est du moins ce à quoi ressemble le banc sous la cabane en bois, alors qu’il s’agissait en fait d’un abri permettant aux employés de se protéger de la poussière pendant leurs pauses.

vk hütte 4
© Udo Bernhart

Un murmure attire les visiteurs hors du hall et vers un couloir étroit et peu éclairé. « Paul Jensen...Gino Agostini... », des étrangers d'un autre siècle. « Krista Petrovic...Edouard Didier », un flot incessant de noms chuchotés résonne entre les tiroirs rouillés des armoires hautes de plusieurs mètres. Au milieu de la pièce se trouve une immense pile de vêtements noirs usés. Il s'agit d'une installation artistique commémorant les quelques 12 000 travailleurs forcés qui ont trimé ici pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale.

La Völklinger Hütte n'est pas seulement un lieu d'art, c'est aussi un lieu de mémoire et de recherche. L’histoire des Röchling, la famille fondatrice et propriétaire de l'usine sidérurgique, est également relatée ici. « Dans un lieu laissé à l’abandon, on ne voit que l'architecture, jamais les gens qui ont créé tout cela et l'ont maintenu en vie », explique Krämer, « ici c'est différent. »

vk hütte 5
Das Weltkulturerbe Völklinger Hütte - © Udo Bernhart

L'art urbain contemporain et la recherche du passé se mêlent ici en une interaction passionnante. « L'art urbain, c'est essentiellement l'affirmation : je suis là ! J'ai un message et il doit être vu », dit M. Krämer.

Le paradis au cœur de l’usine de fonte brute

vk hütte 6
© Udo Bernhart

Aujourd'hui, à peine un souffle de vent effleure les arbres qui, d'abord timidement, puis de plus en plus hardiment, ont pris possession des lieux au fil des années entre les structures d'acier massives et les cheminées de briques de l’ancienne usine de fonte brute. À chaque pas qui s’enfonce dans l'ancienne cokerie, tout devient plus vert. Autrefois c’était l’endroit le plus chaud de l'usine sidérurgique, aujourd'hui des papillons colorés volent au-dessus des fleurs sauvages. Depuis la fermeture de l'usine, la nature a pu y prospérer sans être dérangée pendant plus de 20 ans. « De ce qui était autrefois l'enfer, ce beau jardin a émergé. C'est pourquoi nous l'avons appelé le paradis », explique M. Krämer. Aux côtés des plantes, les animaux sont revenus : des chauves-souris, un renard et même des poissons nageant dans l'étang sombre qui servait à éteindre le feu.

vk hütte 7
© Udo Bernhart

La symbiose entre l'acier, la rouille et la nature sauvage est source d’inspiration. Autour des jardins, les œuvres d'art urbain sont particulièrement nombreuses. Certaines d'entre elles, comme les trois dames légèrement vêtues en papier de soie, sont bien visibles de tous sur les murs des cokeries, hauts de plusieurs mètres. D'autres, comme le chat sauvage, sont si bien cachées que très peu de gens les découvrent. Tous les deux ans, la Völklinger Hütte se transforme : des artistes du monde entier affluent vers le site du patrimoine culturel mondial à l’occasion de la Biennale d'art urbain, parcourant les lieux et y puisant leur inspiration ; à travers l'histoire du site, la nature, que la terre brûlée n’a pas réussi à vaincre, les poutres d'acier rouillées, le bourdonnement des machines, les gens qui y sont passés et ceux qui sont encore là aujourd'hui.

vk hütte 8
© Udo Bernhart

Vous trouverez de plus amples informations au sujet du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO Völklinger Hütte sur le site www.voelklinger-huette.org

Photos: Udo Bernhart

Retrouvez-nous sur